Vous êtes ici

Accueil » Coups de coeur » Les nuits d'Ava de Thierry Froger
Publié le : 27/11/2018

Les nuits d'Ava de Thierry Froger

Auteur : Thierry Froger
Editeur : Actes sud Arles
Publié : 2018
Type de document : Livres adultes
Cote : r fro
Résumé : Rome, août 1958. Ava Gardner s’ennuie sur un tournage. Hors champ, elle invente la dolce vita avant Fellini. Par une nuit arrosée, la star entraîne son chef opérateur, le timide Giuseppe Rotunno, dans une séance photo inspirée des grands nus de l’histoire de l’art. Dont un scandaleux tableau de Courbet… peint d’après photographie.
Adultes

Un roman à la construction très intéressante : trois fils narratifs à trois époques qui s’enchainent parfois presque naturellement et se répondent, grâce à deux fins parallèles. Il est question d’image, à travers le cinéma, la photo et la peinture, mais aussi de révolution, de nu, de fantasmes et d’une quête improbable, sur fond d’âge d’or du cinéma. Un casting impressionnant autour d’Ava Gardner.

28 juin 1995, Jacques Pierre, 47 ans, tombe sur un article du journal Libération au titre accrocheur et provocateur La comtesse au cul nu. L’homme a toujours éprouvé une fascination pour la sublime et tumultueuse actrice américaine. Adolescent, il remplissait des cahiers entiers de ses photos découpées dans les magazines… L’affaire, réalité ou légende, est saisissante. Aout 1958, sur le tournage de La Maja nue à Rome, Ava Gardner traine son ennui le jour et passe ses nuits dehors. L’intrigue du film la passionnante guère, elle qui s’impatiente de recouvrer sa liberté… enfin… puisque ce film est le dernier qu’elle doit à la Metro-Goldwyn-Meyer. Heureusement, le chef opérateur – responsable des prises de vues – n’est autre que le grand Giuseppe Rotunno, qu’elle adore. Une nuit, Ava et Rotunno, tous deux enivrés, déambulent dans les rues de Rome joyeusement, coursés par ceux que l’on ne nomme pas encore ainsi, les paparazzis, avant de se retrouver dans l’appartement de l’actrice. Et là, entre deux éclats de rire, Ava pose pour Rotunno, dans le plus simple appareil. Un séance photo impromptue, où la belle s’inspire des grandes peintures de la Renaissance, des nus évidemment, dont L’Origine du monde de Courbet.

Jacques Pierre, historien, ancien photographe et en retraite prématurée est subjugué par ses lignes retraçant cette folle nuit. Il décide de partir à la recherche de ces sulfureux clichés. Ce roman, à l’image du regard d’Ava Gardner est captivant et magnétique. L’auteur transporte le lecteur à travers les époques et les continents – on découvre les coulisses de la MGM et les frasques de la plus belle actrice du monde, on entre dans l’atelier de la vie de Jacques Pierre des années 60 aux années 90. Au fil des pages s’invitent entre autres Sinatra, Marylin Monroe, Howard Hughes, - ah la rencontre au sommet entre le narrateur et Fidel Castro ! -. Cela s’agite, cela remue autour du lecteur, qui ne sait pas toujours où il se trouve ; au milieu d’un rêve, d’un fantasme, d’une obsession, de la réalité. L’écriture est drôle, brillante et enlevée. L’image photographique et picturale, les idoles, la célébrité, les faux-semblants, le quotidien d’un type ordinaire, une société en mouvements, des colères, des revendications, des souvenirs, des regrets… autant de propos et de réflexions. Beau et étourdissant.

Françoise BLANDIN

Espace abonné
Prolonger, réserver...

Nouveautés

Newsletter de Mauguio

Pour vous inscrire ou vous désinscrire de la lettre d'information, renseignez votre courriel ci-dessous.

Accès vers la Galerie d'images

Nous contacter